L’Upcycling, une solution créative pour une consommation durable.

L’Upcycling alias « Sur-recyclage » est un concept qui n’est pas apparu aux hasards des tendances et des modes.

Ce concept est le résultat d’un constat : Que faire des déchets que nous produisons en consommant des objets que l’on désire mais qui ne sont pas réellement utiles ?

C’est alors que notre créativité entre en jeu : pourquoi le jeter alors que nous pourrions le détourner ?

L’idée générale de l’Upcycling est de donner une nouvelle utilité à un objet en changeant notre regard sur sa fonction première.

Par exemple, une bouteille vide devient un vase ,ou des palettes deviennent des meubles et dans ce cas c’est même devenu un effet de mode.

Un effet de mode qui a du sens.

L’Origine de l’Upcycling

Le mot « Upcycling » est apparu dans les années 90 grâce à Reiner Plitz, un ingénieur soucieux de l’accumulation des déchets, qui lors d’une interview a dit :  » Nous parlons de la prochaine directive européenne sur les déchets et du recyclage. J’appelle cela le « Downcycling ». On fracasse des briques, on fracasse tout. Ce dont nous avons besoin c’est l’ « Upcycling » pour ajouter de la valeur à des produits usagers, pas leur en donner moins.

Puis William Macdonough et Michael Braungart ont écrit Craddle to Craddle « Créer et recycler à l’infini », un essai sur l’économie circulaire paru en 2002 ou le procédé de l’Upcycling a tout son sens.

Les auteurs englobent l’Upcycling dans un processus dit d’économie circulaire, sur lequel ils sont revenus en 2016 dans « l’Upcycle , Au delà de la durabilité – Concevoir pour l’abondance. »

Aujourd’hui les deux auteurs mènent des Audits pour amener des industriels vers une démarche Craddle to Craddle, c’est à dire dans une économie circulaire.

Ils leurs permettent de concevoir des produits qui ont un cycle de vie anticipé depuis leur conception jusqu’à leur réutilisation ou leur fin de vie.

L’ Upcycling dans la couture

J’ai créé ce Blog car depuis un an j’ai changé ma façon de consommer.

Lorsque j’ai un projet en couture je cherche d’abord dans mes placards ce qui pourrait être trié pour servir comme matière première.

Ma technique pour trier est de me poser la question suivante : Ceci m’ a t’il servi dans les 365 derniers jours ?

Enfin je ne rate pas d’occasion pour chiner et récupérer des grandes trames de tissus que je garde de côté. Attention à l’accumulation, cela peut être parfois chaotique à gérer 🙂

Exemple de récup : draps, nappes, rideaux, coupons de tissus ou des chutes d’anciens projets.

On peut fabriquer facilement des lingettes démaquillantes ou pour bébé, des éponges , des gants de toilettes

L’important est tout de même de savoir reconnaître les fibres et d’éviter de choisir les plus toxiques et de moins bonnes qualité.

Les fibres :

Il existe deux grandes catégories de fibres textiles :

1 / Les fibres d’origines naturelles :

Animales : la laine (mouton, chèvre, lapin, chameau, Alpaga, Mérinos …) , la soie ( chenille, papillon….)

Végétales : Coton, lin, chanvre, ortie , raphia, abaca, pina

Minérales : Fil de métal, argent, céramique, aluminium.

2 / Les fibres chimiques :

Artificielles :

  • Origine cellulosiques : Viscose et Rayonne (fabrication en filament continu de la viscose) , Cupro, Modal, Lyocell
  • Origine Protéine : Lait , crabe, Soja, Algue.

Synthétiques:

Les fibres synthétiques proviennent pour la plupart du pétrole:

  • Polyester (le plus utilisé en 100% ou en mélange).
  • Polyamide apparu dans les années 70 sous le nom de Nylon.
  • Polyuréthane (ex : Néoprène).
  • Élasthanne (ex Lycra pour maillot de bain et lingerie).
  • Acrylique ( imitation fourrure ou coupé avec la laine).
  • Polypropylène.
  • Chlorofibre.
  • Aramides pour les vêtements de protection.

Les fibres naturelles seront considérées comme respectueuses de l’environnement si elles répondent à certains labels.

Les fibres artificielles sont produites grâce à des produits chimiques ce qui les rendent toxiques pour l’homme et l’environnement.

Le Lyocell pourtant répond au label Écologique Européen « Confiance Textile » car les solvants nécessaires à sa fabrication sont récupérés. Il est fabriqué à base d’Eucalyptus qui demande cinq fois moins de surface au sol de production que le coton et aucun apport en eau n’est nécessaire.

Les labels écologiques :

Le mieux du mieux serait de récupérer des tissus fabriqués en respectant les labels écologiques.

Voici les étiquettes relatives aux Labels respectant l’environnement.


L’essentiel est de mettre à contribution notre créativité pour trouver des solutions durables pour l’environnement.

Bien sur il est important aujourd’hui d’avoir un esprit critique.

Comprendre comment nos vêtements sont fabriqués est essentiel pour mieux consommer.

Aujourd’hui cet article vers l’Upcycling dans la couture mais évidemment on peut appliquer cet univers récup à tous les domaines.

Pour vous inspirer je vous laisse visiter ce tableau Pinterest créé en rapport avec ce sujet.